Crédit lombard : Comment nantir des valeurs mobilières pour obtenir un crédit ?

Crédit lombard : Comment nantir des valeurs mobilières pour obtenir un crédit ?

Sommaire

Qu’est-ce que le crédit lombard aussi appelé « avance patrimoniale » ?

Le crédit lombard est un financement consenti en contrepartie du nantissement (fait d’offrir en garantie à l’établissement prêteur) d’un placement financier qui peut prendre différentes formes : portefeuille de titres, contrat d’assurance vie ou PEA (plan épargne en actions), liquidités.

L’emprunteur obtient alors un financement, bien souvent dans le but de couvrir un besoin de liquidités à court terme afin d’investir dans d’autres produits ou projets, en mettant en garantie les actifs qu’il détient. Il continuera de percevoir les intérêts et dividendes des actifs nantis pendant toute la durée du financement.

De son côté l’établissement prêteur peut se servir des actifs nantis afin de solder le prêt si toutefois l’emprunteur ne le remboursait pas à hauteur du montant du prêt accordé.

Combien peut-on emprunter avec un prêt lombard ?

Le montant du financement accordé dans le cadre d’un crédit lombard dépend de la valeur du placement financier apporté en garantie. On constate de façon approximative les pondérations suivantes :

  • Fonds euro et obligations d’Etat : entre 80 et 100% de la valeur du titre
  • Actions de groupes cotés : entre 40 et 50%
  • Obligations de grands groupes cotés : entre 60 et 75%
  • Placements plus risqués, produits structurés, fonds de private equity ou autres fonds alternatifs : entre 0 et 20%

Quel est le coût d’un prêt lombard ?

Le crédit lombard est un prêt in fine (ce qui signifie que le montant emprunté est remboursé à la fin du prêt) souvent à taux variable et parfois fixe sur une courte période dont les intérêts varient selon le type de financement :

  • Le crédit : le montant du crédit est clairement défini à l’avance et décaissé dans sa totalité sur le compte du client. Les intérêts sont calculés suivant la période de référence de l’indice. Si le crédit est indexé sur l’Euribor 3 mois, les intérêts seront calculés et payés tous les trois mois. S’il est indexé sur l’Euribor 1 an, les intérêts seront calculés et payés tous les ans. L’Euribor 3 mois est l’indice le plus souvent utilisé. En période de remontée des taux, il ne serait pas illogique de se positionner sur l’Euribor 1 an. Si le prêt est à taux fixe, bien souvent, les intérêts seront payés mensuellement.
  • Le découvert annuel autorisé : il s’agit d’une ligne de crédit que l’emprunteur peut utiliser selon ses besoins. Le montant maximum du découvert est précisé en fonction du placement nanti mais le montant du prêt tiré n’est pas déterminé à l’avance et les intérêts seront calculés de manière mensuelle, trimestrielle ou annuelle sur chaque somme tirée. La banque peut également appliquer une commission d’engagement sur la partie non tirée

Le taux de ce type de financement est souvent indexé sur l’Euribor. L’établissement financier prêteur y ajoute une marge variant de 1 à 2%. Plus le risque sera maitrisé (via la qualité des actifs nantis et la qualité de l’emprunteur), plus la relation commerciale potentielle sera intéressante et plus le montant des actifs confiés à la banque sera important, meilleur sera le taux appliqué.

Le coût du prêt lombard est également fortement lié à la place de marché sur laquelle il est octroyé (la France étant par exemple souvent plus chère que la Suisse et le Luxembourg).

Comment est-il mis en place ?

L’établissement financier prêteur étudie en premier lieu la nature et la valeur du portefeuille de titres détenus par l’emprunteur. Certaines banques étudieront dans le détail chaque titre financier en vous demandant les codes ISIN des titres, d’autres auront une approche un peu plus globale sur le risque du portefeuille ou du contrat d’assurance vie. La banque estime ensuite une valeur d’avance du portefeuille dans sa globalité. Il s’intéresse avant tout au risque et à la liquidité des titres apportés en garantie en étudiant notamment les volumes échangés sur les marchés. Les titres les moins liquides bénéficieront d’une valeur crédit la plus faible voire nulle. Certaines catégories de titres estimés trop risqués et pas assez liquides affichent souvent une valeur crédit nulle. Une grande majorité des banques n’acceptent par exemple pas les fonds de private equity car ces derniers ne sont pas suffisamment liquides et trop risqués à leurs yeux.

Au-delà du prêt lombard accordé, le banquier privé a vocation à capter l’épargne de l’investisseur et à se rémunérer à long terme sur la gestion de la totalité de son portefeuille de titres. Il est donc difficile d’obtenir un crédit lombard en laissant le portefeuille de titres nantis au sein d’un autre établissement bancaire. Si l’emprunteur change d’établissement bancaire dans le cadre de la mise en place d’un crédit lombard, il devra souvent déplacer son épargne voire liquider certains actifs pour réorganiser son épargne avec le nouvel établissement prêteur. Carte Financement a cependant identifié un fonds de dette international plus souple qui n’a pas vocation à gérer les actifs mais simplement offrir un service de prêteur, ce qui évite à nos emprunteurs de liquider leurs actifs pour recréer un autre portefeuille au sein de la banque prêteuse. Le crédit est cependant plus cher avec ce genre d’interlocuteur, il faut en effet compter un taux moyen de 4,5 % pour une durée de 3 ans. La quotité de financement est comprise entre 60 et 70 %. Notre partenaire peut prendre en garantie des titres avec une capitalisation boursière à partir de 100 M€ jusqu’à 1 milliard et avec une cadence d’échange quotidienne en bourse d’au moins 100 000 $ (ou d’une somme équivalente selon la devise). Pour être mis en relation avec ce partenaire, contactez-nous.

Quel impact en cas de chute d’un titre nanti ?

Si jamais la valeur du titre chute brutalement, le banquier va calculer la nouvelle valeur du titre pour s’assurer que la quotité du crédit calculée initialement est toujours respectée. Si la valeur des titres n’est pas suffisante pour couvrir le crédit octroyé, le banquier réalise alors un appel de marge et demande à l’emprunteur d’alimenter à nouveau le montant mis en garantie en injectant des liquidités ou en nantissant d’autres titres, afin de compenser le risque de défaut de paiement.

Si toutefois l’emprunteur refuse de répondre favorablement à cet appel de marge, la quotité de financement dépasse alors le seuil autorisé par l’établissement financier et les titres seront liquidés par l’établissement financier prêteur pour rembourser le crédit.